Annonces
Archie MacIsaac-Vacon died of a fentanyl overdose on June 29. His family wants to change how we talk about drugs. (Submitted by Rob MacIsaac)

My son is not who you picture when you talk about fentanyl. But he died a month ago

Education will not prevent overdoses; we need to make it safer for people who make a mistake

My son, Archie MacIsaac-Vacon, wanted to be an anesthesiologist when he was a kid. 

He set about learning all about opiates and, at 12, Archie could draw representations of fentanyl, carfentanil and other opioids. He could tell you their potency. 

I learned a little about morphine and fentanyl as I trained to become a paramedic. 

But, when it came to the molecules and what they do, Archie outstripped me there like he came to do in chess, philosophy, geography, languages and politics.

My son would later change his mind about his career. He was accepted to many programs, but settled on industrial engineering at my Alma Mater, Concordia University. He would have started there this spring.

Instead he collapsed in the bathroom of a Montreal bar at 2 a.m. on June 29 — and the forward motion of every amazing thing that he was stopped. Archie could not be revived. 

It could be anyone

Bystanders started CPR and first responders came quickly. But, there on that floor, our beautiful, brilliant, loving and curious 19-year-old son died.

Our family, Archie’s wonderful friends, and our communities in Nova Scotia and Quebec are grieving. I am devastated. My various worlds — medicine, motherhood, love and advocacy — have collided and everything has fallen apart. 

I had planned to send my son off to university with his friends in Montreal this summer, but instead we buried him with his relatives in Cape Breton. 

Archie and his mother, Charlene Vacon, at Cabot Links in Inverness, N.S. Archie worked as a caddy at the course for four summers. (Submitted by Rob MacIsaac)

Archie is probably not the person you picture when you hear of a fatal drug overdose.

When our son was in grade school, his teachers often told us that he was very bright. By high school, his friends echoed that: Archie was the smartest person they’d ever met. 

Our dinner table conversations were more like lectures about Archie’s most recent ideas on genetics, the virtues, social democracy, antiquity — or the many other subjects he’d devoted his time to understanding. We saw that he was able not just to remember facts, but to synthesize ideas and develop an ethics for his own life that included thoughtful debate in vibrant socializing.

And we talked, too, about the fentanyl crisis, something I witnessed when I worked Alberta and shared with my two teen boys. 

I told them about the number of people who had died from an overdose. About how, too often, it was mixed in with whatever drug someone thought they were taking. 

Education isn’t enough

My partner Rob, often reminded our sons not to take that risk. Our family believes that adventure makes life sweeter — and we ought to consider what risks are worth taking.  Archie grew into an adventuresome young man; he knew how to weigh the risks and benefits of his actions. 

It’s why I’ve realized that education will not solve this for society. It didn’t save Archie, because even the best of us — and he was the best of us — make mistakes. 

Yet we just keep telling people that drugs are dangerous and expect the outcome to change.

We must do better. Our society needs to look for ways to support, help and protect people. 

Archie, with his commitment to social justice, would not want individuals to think that these problems are theirs alone. Street drugs are a societal problem, one that is leaving users, families, paramedics and others to pick up the pieces. 

Vacon would like to see naloxone more widely available. (Christine Rankin)

Keeping our sons safe

I want people to have layers of safety built between them and fentanyl so that it becomes so much harder to get to a place where one bad decision costs a person his life.

Here are a few ideas that we hope people and politicians consider. 

  • Make your important decisions before you start drinking — and stick to them. Archie had been drinking and not slept in 20 hours when he died
  • Buy fentanyl test strips, which are inexpensive and available online
  • If you or your friends use drugs, carry naloxone. It’s available at many pharmacies and harm-reductions centres in Canada and can reverse a fentanyl overdose
  • The government needs to make naloxone more widely and freely available
  • Harm-reduction policies must speak to young men, who are disproportionately victims of fentanyl overdoses

Finally, we have to look at drug legislation differently —  and we have to talk about drug use without shaming or moralizing. 

Please tell people about Archie. He was adventurous, brilliant and kind. He believed in standing up for what is right. 

And I wish he were still here. 

Voir aussi

Chemsex: A Case Study of Drug-Userphobia

Source: Chemsex: A Case Study of Drug-Userphobia|INPUD This report focusses on challenging the stigma and ...

2 Commentaires

  1. Bonjour-hi,

    Je suis la mère d’Archie. Je veux mentionné que je sais bien que mon fils est effectivement le visage du fentanyl au Québec et au Canada. Tous les mères qui sont perdu un fils ou une fille ont la mème douleur que je vive a ce moment. Archie est notre fils. Je suis en deuil pour lui. Nous avons besoins de faire mieux pour protéger nos proches. Nous ne sommes pas impuissants. Nous gardons l’espoir.

    I am Archie’s mama. Archie is exactly the face of fentanyl in Canada: bright, curious, loving… and dead. Every mother who has lost a son or daughter to fentanyl is living the very pain that I am living. Archie is our son and I am in mourning for him. I am talking about our loss because I know that we can do better to protect the ones we love from fentanyl. We are not helpless: there is hope.

    • Bonjour Charlene, tout d’abord, je voudrais vous offrir mes condoléances les plus sincères, et comment je me sens impuissant, mais en même temps, nous devrions peut être viser les bars dans une campagne de formation de l’utilisation de la naloxone. Par contre, je suis vraiment content que vous ayez répondu directement dans cette copie de votre article : je voulais vous contacter pour vous inviter à vous (et vos proches, amis, etc.) joindre à nous le 31 août au parc Emilie Gamelin pour commémorer nos disparus, et partager notre douleur devant tant de pertes insensées : la crise des opioïdes fait rage depuis des années, mais la Guerre aux Drogues continue de plus belle, la légalisation du cannabis a rendu les peines accompagnant son traffic plus sévères et au moins au Québec, on peut honnêtement croire que le gouvernement travaille pour le crime organisé vu que les prix ont été fixés juste au dessus de ceux du marché noir… Sans commentaires. Venez montrer que Archie n’est pas qu’un des visages du fentanyl au Québec, pas qu’un symbole, aussi puissant soit-il : c’est un jeune homme que nous avons perdu et sa mémoire doit être perpétuée, car ça aurait pu être moi fin 1989, début 1990 quand j’ai commencé à prendre de l’héroïne. Dans les 30 années qui ont suivi, j’ai frôlé la mort ou suis mort quelques minutes au moins une demi-douzaine de fois. Pourquoi ai-je survécu alors qu’à certains moment mon désir d’en finir était bien plus grand que ma volonté de vivre ? Pourquoi Archie, qui avait la vie devant lui, n’a vraisemblablement pas acheté un opiacé mais bel et bien un stimulant pour accompagner l’alcool qu’il buvait avec ses amis depuis de longues heures ? Pourquoi lui, qui voulait vivre, n’est plus qu’un souvenir et moi, qui voulut mourir à maintes reprises, est toujours là, hanté par mes souvenirs ?
      J’en ai encore une fois les larmes aux yeux, comme à la première lecture de votre article, car je me reconnais en Archie : moi aussi, je savais tout ce que je devais savoir et j’ai quand même plongé. Nihilisme précoce, par contre je crois que c’est là où nous différons : Archie avait la soif de vivre à 19 ans, il allait devenir ingénieur, ou autre chose, s’il changeait d’avis, il allait faire ce que je n’ai pu faire car je ne croyais pas à mon avenir. Ironie du sort, 30 ans plus tard, à 49 ans, je pleure un garçon que je n’ai pas connu, même si je m’identifie fortement à lui. Archie est un visage du fléau qu’est le marché noir résultant de la War on Drugs américaine qui a entraîné la planète dans son sillage d’absurdités et de crasse avarice, la nécessité de non seulement éduquer nos jeunes et moins jeunes mais d’aller plus loin car comme Charlene le dit si bien, Archie, comme moi, en savait bien plus que bien des professionnels et ça ne l’a pas empêché de perdre la vie… Il faut sinon légaliser TOUTES les drogues, au moins assurer une source sûre (safe supply), par exemple à partir de stocks saisis et analysés, comme nous recevons déjà une partie des fonds saisis pour financer nos organismes. Il faut forcer la main des politiciens, ne plus accepter le status quo, ne pas attendre que Montréal vive une hécatombe comme à Vancouver, ou pire, comme dans certains États américains.
      Ça suffit ! Le seul vrai frein à la majorité des initiatives est l’argent du crime organisé qui finance tous les partis tant au Canada qu’aux États Unis. Pas seulement au Mexique, Colombie et en Amérique Latine, mais bien chez nous où les narcos dollars servent à corrompre de plus en plus profondément toutes les sphères de la société.

      Le status quo a tué Archie, et une si longue liste d’êtres talentueux, directement et indirectement : si il avait pu acheter le stimulant désiré en toute sécurité et légalité, il n’aurait pas eu besoin de le faire caché aux toilettes, et s’il avait eu un malaise, il n’aurait pas été seul.
      Si Robert Picton n’avait pas pu s’en prendre à tant de femmes rendues vulnérables par les dures réalités de la drogue et de la prostitution de rue, il n’aurait pas été le tueur en série le plus prolifique de l’historie en Amérique du Nord, mais condamné seulement pour une poignée de ces victimes, laissant de bien trop nombreuses familles dans le doute…
      C’est drôle, le gouvernement fédéral a reçu l’ordre de la Cour Suprême de légiférer en matière de prostitution (n’ayant jamais été illégale en soi au Canada, il serait temps de l’encadrer et d’assainir sa pratique), il ne l’a toujours pas fait.

      Je rage, en pensant au long chemin et dur labeur auxquels nous faisons face devant l’inertie et la corruption d’un système indifférent à tout sauf l’argent. Des solutions réalisables à peu de frais comparés à ce que nous coûte non seulement financièrement, mais humainement et spirituellement toutes ces disparitions liées à la War on Drugs. Je rage devant mon impuissance, et c’est pour cela que je fais de petits pas dans le grand ordre des choses, mais qui changent et sauvent des vies dans le petit monde.

      Enfin, le 31 août, nous tenterons de sensibiliser plus de gens à la prévention des surdoses, un aspect de notre lutte que nous pouvons influencer maintenant.
      Charlene, j’espère que vous serez des nôtres, vraiment. Au plaisir de vous y voir,
      Nicolas Quijano, agent de terrain chez Méta d’Âme

      P.S.: Je m’excuse d’avance si quelque chose dans mon propos vous froisse, ne vous génez pas pour me le dire, et j’éditerais le commentaire en conséquence. J’admire votre courage et grand coeur que vous avez montré en écrivant cet article pour la CBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *