Annonces

Une étude menée par des pairs explore les raisons pour lesquelles le matériel d’injection est réutilisé

Même dans le contexte de l’accès relativement bon aux services de réduction des risques en Australie, environ un consommateur de drogues injectables sur six réutilise les seringues ou les aiguilles d’une autre personne. Inquiète à ce sujet, AIVL, la Ligue australienne des consommateurs de drogues injectables et de drogues illégales, a conduit sa propre étude pour découvrir pourquoi.
Aucun des participants n’a rapporté choisir de partager le matériel : si du matériel stérilisé avait été disponible lorsqu’ils en avaient besoin, ils auraient préféré l’utiliser.
Cependant, les emplacements, les heures d’ouverture et les modalités de fonctionnement des échanges de seringues étaient parfois peu pratiques et laissaient les individus sans matériel stérilisé. L’absence de couverture pendant les weekends et les jours fériés signifiait que le matériel était davantage susceptible d’être réutilisé à ce moment là. Les distributeurs automatiques et les pharmacies offraient un système de secours important, mais les deux avaient toutefois des inconvénients.
La stigmatisation et la criminalisation des drogues contribuaient à la réutilisation du matériel. La peur d’être identifié comme toxicomane décourageait de nombreuses personnes à stocker ou à porter sur eux le matériel d’injection. Les anciens prisonniers, les femmes avec des enfants et les personnes sous traitement de substitution aux opiacés étaient particulièrement inquiets des répercussions si on découvrait du matériel d’injection sur eux ou chez eux.
Les participants avaient élaboré des stratégies complexes afin de maintenir leurs réserves de matériel stérilisé malgré ces obstacles. Les autres consommateurs de drogues injectables représentaient souvent une source importante de matériel stérilisé.

Voir aussi

Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis

Source: Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis|ViceOriginalement publié le 17 ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *