Annonces

Cri du cœur d’une ancienne consommatrice : «On aurait peut-être pu les sauver!»

Source : http://www.journaldequebec.com/2015/02/15/cri-du-cur-dune-ex-junkie

­En deuil de deux conjoints morts tour à tour d’une surdose de drogue, Émilie Lambert-Dubé lance un véritable cri du cœur pour appuyer le projet de centre d’injection supervisé.

Ayant cessé de boire depuis un an et demi, la jeune étudiante de 22 ans tenait à partager son histoire, «pour que la mort de Kevin et Frédéric n’ait pas servi à rien».

Déjà alcoolique et toxicomane, Émilie rencontre à 15 ans un garçon «fin» et «travaillant», qui consomme cocaïne et morphine. Ils se séparent après trois ans de vie commune, mais reprennent contact au printemps 2013, alors que le jeune homme de 25 ans sort de thérapie. Les fréquentations vont bon train jusqu’à ce que Kevin rechute. À peine quelques jours plus tard, il est retrouvé mort: surdose.

Frédéric

Dévastée, Émilie s’est mise à consommer, du matin au soir, avant d’entrer à son tour en thérapie. C’est là, en juillet 2013, qu’elle fait la rencontre de Frédéric, 22 ans, dépendant à l’héroïne. «Je ne voulais pas tomber en amour avec un toxicomane. Mais quand le cœur te cogne…»

Les nouveaux amoureux passent à travers leur thérapie et s’installent à Québec. «On ne consommait pas, on s’aimait, on était motivés, on avait des projets plein la tête, on commençait l’école.»

À l’hiver 2014, toutefois, Frédéric fait un premier aller-retour à Montréal, pour aider sa mère à déménager. À son retour, il est «mêlé» et «agressif».

Rechute mortelle

Il retourne à Montréal quelques jours plus tard. Le 5 février, il est retrouvé seul, sans vie, dans une toilette publique, une seringue plantée dans un bras. «Ça faisait un an qu’il ne consommait plus. Il s’en était sorti. Il a rechuté trois jours et il est mort.»

Comme si ce n’était pas assez, Émilie apprend qu’elle est enceinte. Elle perd toutefois le bébé dans les semaines suivantes. «Je pense que Frédéric est venu le chercher. Parce que je m’apprêtais à avoir une vie vraiment difficile.»

Aujourd’hui, Émilie n’a pas la pensée magique de croire qu’un centre d’injection supervisé aurait sauvé Kevin ou Frédéric. Mais elle est convaincue que de tels sites, avec encadrement, soutien et soins médicaux, peuvent éviter des décès.

«Des centres comme ça, ça ne rejoindra pas tous les toxicomanes, c’est clair, mais ça en rejoint quelques-uns. Et c’est pour eux que ça vaut la peine. On a un moyen de prévenir des décès.»

Ce qu’elle a dit
« Frédéric, c’était le fils de quelqu’un, le frère de quelqu’un, mon conjoint. Il est mort seul, dans des toilettes. Peux-tu avoir une mort plus dégueulasse que ça ? »
« On ne pourra jamais dire au monde d’arrêter de se piquer. Mais est-ce qu’on peut les accompagner ? On peut-tu, au moins, leur donner une chance de ne pas mourir ? Parce que le danger d’overdose est réel. »
« À la place de se piquer dans la rue, la personne va pouvoir être dans un centre avec des gens qui vont l’aider. On va pouvoir prévenir les risques d’overdose et sortir les seringues des parcs.»
« Il y en a des morts. Il faut arrêter de se fermer les yeux. Mais personne n’en parle, de ça. Comme si moins on en parlait, moins il y en aurait. La vérité, c’est que moins on en parle, plus c’est marginalisé. »

Voir aussi

Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis

Source: Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis|ViceOriginalement publié le 17 ...

Un commentaire

  1. Et bien Émilie, tu as bien raison, c’est là qu »on s’aperçoit qu’un centre supervisé se «  » doit «  » d’exister, justement pour éviter de tels drames parce que moi j’appelle ça un drame; décéder si jeunes, 2 belles vies gâchées parce que s’ils avaient été dans un centre spécialisé, cela ne serait sûrement pas arrivé mais je pense que tu es une fille forte et oui il faut continuer à se battre pour que de tels centres existent !!!!

    Je te remercie pour ton beau partage Émilie, c’est sûr que ce n’est pas facile pour toi d’avoir perdu 2 amis que tu as aimé mais c’est sûr que tu as encore toute la vie devant toi mais il faut quand même continuer à foncer et à espérer que ces centres voient le jour au plus vite !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *