Annonces

ANNONCE DU MINISTRE YVES BOLDUC SUR LES SITES D’INJECTION SUPERVISÉE

 

LIGNES DE PRESSE

Porte-parole : Dr Richard Lessard et Dre Carole Morissette

 

Nous sommes très heureux que le ministre annonce son intention d’aller de l’avant dans

la mise en place de services d’injection supervisée. Ces services sont une solution et non

un problème!

Le jugement de la semaine dernière confirmait que les personnes utilisatrices de

drogues par injection sont parmi les clientèles les plus vulnérables de notre société et

qu’elles ont droit d’avoir accès à des services de santé adaptés à leurs besoins comme

tous les Montréalais.

Ces personnes ne consomment pas à des fins récréatives, elles souffrent de

dépendance. Leur consommation de drogues injectables est à la fois l’effet et la cause

d’une vie qui représente un combat quotidien.

Plusieurs recherches scientifiques démontrent clairement que les SIS sauvent des vies et

ne causent pas d’effets indésirables, au contraire.

Ils réduisent l’injection en public et le nombre de seringues dans des endroits

inappropriés.

Ils diminuent les demandes de services ambulanciers et, indirectement, la

pression sur les urgences des hôpitaux.

Ils ne sont pas associés à une augmentation marquée de trafic de drogues et de

crimes.

Ils attirent les UDI les plus à risque, préviennent les surdoses, réduisent le

partage de matériel d’injection.

Ils offrent une référence rapide en désintoxication.

Il s’agit d’un ajout de services à ceux que nous avons déjà.

Nous travaillons activement à la production de l’étude de faisabilité sur l’implantation

d’une offre régionale de services d’injection supervisée qui devrait paraître à la fin de

2011. Une des questions importantes qu’il restait à clarifier était l’aspect légal. C’est

désormais chose faite et le ministre Bolduc est allé dans ce sens aujourd’hui.

Un des enjeux majeurs qu’il nous reste à travailler est l’acceptabilité sociale. Mais j’ose

croire que le jugement et la position du ministre de la santé et des services sociaux du

Québec amèneront la population à comprendre que c’est une maladie et non un choix

personnel.

Concernant les projets qu’on envisage à Montréal, plusieurs choix s’offrent à nous. Des

modèles tels : Vancouver, Barcelone, Genève. Le comité de travail mis en place nous

fera part de ses recommandations d’ici la fin de l’année.

Peu importe le projet, une chose est certaine : nous voulons répondre aux mêmes

critères d’organisation de supervision d’injection qu’Insite à Vancouver, notamment

concernant l’organisation de la clinique (supervision de l’injection par des professionnels

de la santé).

Source : Lise Chabot, direction de santé publique, 514-528-2400, poste

 

Voir aussi

Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis

Source: Le cartel de Sinaloa alimente la crise des opioïdes aux États-Unis|ViceOriginalement publié le 17 ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *