Annonces
© Valérian Mazataud (Le Devoir) Après 91 ans d’existence, la Mission Saint-Michael se retrouve au bord du gouffre. Deux fondations ont décidé de retirer leur financement à l’organisme de l’avenue Président-Kennedy, préférant contribuer à des programmes de logements pour itinérants.

Quand les centres d’aide aux sans-abri se retrouvent à la rue

Source: Quand les centres d’aide aux sans-abri se retrouvent à la rue|Le Devoir/MSN.ca

Vaut-il mieux tenter de sortir les itinérants de la rue en leur trouvant un logement ou doit-on privilégier une approche plus axée sur la prévention et l’aide d’urgence ? Le débat divise depuis des années les organismes qui oeuvrent auprès des itinérants. La Mission Saint-Michael, un centre de jour pour itinérants — aussi connu sous le nom de « Toit rouge » —, semble faire les frais de cette tendance favorisant l’aide au logement.

Après 91 ans d’existence, la Mission Saint-Michael se retrouve au bord du gouffre. Deux fondations ont décidé de retirer leur financement à l’organisme de l’avenue Président-Kennedy, préférant contribuer à des programmes de logements pour itinérants. Cette volte-face se traduit par une perte de plus de 100 000 $ pour la Mission, qui offre des repas aux itinérants, un accès à des douches, de l’accompagnement et du soutien psychosocial à cette clientèle marginalisée. Ses coffres à sec, l’organisme envisage maintenant de fermer ses portes.

L’approche Trudeau

Pour le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), ce cas témoigne de la nécessité de ne pas mettre toutes les ressources dans les programmes de logements pour sans-abri.

« Depuis quelques années, on note une certaine tendance à privilégier l’aide au logement », explique Guillaume Legault, organisateur communautaire au RAPSIM. En 2014, rappelle-t-il, la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) du gouvernement de Stephen Harper consacrait une part de 65 % au programme « Logement d’abord ». « Mais la nouvelle mouture de la Stratégie présentée au printemps dernier par le gouvernement Trudeau ne fait plus du logement une priorité absolue pour plutôt privilégier une approche globale », dit-il.

Pilotée par le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, la Stratégie du gouvernement Trudeau prévoit des investissements de 2,1 milliards de dollars sur une période de 10 ans pour l’ensemble du Canada. Les organisations de lutte contre l’itinérance s’attendent à ce que Montréal obtienne un montant de 100 millions.

À l’instar du RAPSIM, le Réseau solidarité itinérance du Québec (RSIQ), qui représente plus de 300 organismes à travers la province, croit aussi en une approche diversifiée. « L’approche “Logement d’abord” est populaire, surtout dans le reste du Canada, mais ce n’est certainement pas une panacée », avance Mathieu Frappier, coordonnateur du RSIQ. « Ce ne sont pas tous les itinérants qui sont prêts à aller en logement. Ça peut même être une expérience très négative. »

Il reconnaît que les programmes d’accès aux logements pour itinérants permettent de mesurer avec des statistiques les succès obtenus, ce qu’apprécient les donateurs. Mais si ces centaines de sans-abri sont sorties de la rue et qu’il y en a des centaines d’autres qui les remplacent sur le terrain, l’effet est limité, signale M. Frappier.

La diversité des visages de l’itinérance et les besoins spécifiques à chacun des groupes, qu’il s’agisse des femmes, d’autochtones ou de jeunes, font en sorte qu’une diversité dans les services est nécessaire, dit-il.

Visions divergentes

Les différentes approches en matière de lutte contre l’itinérance divisent depuis des années le milieu communautaire. En avril dernier, trois grands refuges montréalais ont quitté les rangs du RAPSIM. La Maison du Père, la Mission Bon Accueil et l’Accueil Bonneau estimaient ne plus se sentir bien représentés par le RAPSIM. Ils ont préféré se joindre à la Mission Old Brewery pour créer Convergence itinérance afin de faire entendre leurs voix auprès des instances gouvernementales. « À nous quatre, on rejoint 92 % de la population itinérante de Montréal », avait fait valoir le directeur de la Mission Bon Accueil, Samuel Watts.

Contrairement au RAPSIM, qui milite pour une pluralité d’approches dans la lutte contre l’itinérance, Convergence itinérance prône davantage un financement axé sur le « Logement d’abord ». Au printemps dernier, l’Accueil Bonneau soulignait que cette approche donnait des résultats avec un maintien en logement atteignant 95 %.

En 2017, la Mission Old Brewery avait d’ailleurs décidé d’opérer un virage important en misant sur l’accompagnement pour permettre aux itinérants de se reprendre en main et de trouver un logement, limitant à 80 le nombre de lits disponibles dans son refuge.

Pas dans ma cour

Les difficultés du centre La porte ouverte (The Open Door), qui a aussi fait les manchettes récemment, sont d’un tout autre ordre. Ce centre de jour pour itinérants doit déménager, car l’église où il logeait depuis 30 ans a été vendue à un promoteur immobilier. Son directeur, David Chapman, a consacré plus d’un an à chercher un nouveau site avant de trouver l’église Notre-Dame-de-la-Salette, avenue du Parc, qui a accepté de louer son sous-sol à l’organisme. Mais l’arrivée prochaine de La porte ouverte dans le Plateau-Mont-Royal suscite le mécontentement de certains commerçants et résidents du secteur qui craignent une hausse des incivilités et des méfaits.

La quête d’un nouveau toit est une opération longue et ardue, confirme Lisa Zamanyi, intervenante communautaire au Centre de jour Saint-James. En 2016, le centre installé à l’église Saint-James, rue Sainte-Catherine, avait dû se trouver une nouvelle adresse après avoir refusé de renouveler son bail. L’organisme estimait que la nouvelle direction de l’église lui imposait des conditions inacceptables pour les sans-abri, car trop restrictives.

« On a eu beaucoup de difficulté à trouver de nouveaux locaux. Il n’y avait pas de place au centre-ville. Les propriétaires étaient très réticents », relate Mme Zamanyi.

Pendant plus d’un an, l’organisme a dû squatter les locaux de la Mission Saint-Michael.

Il a finalement signé un bail avec un propriétaire de la rue Panet, dans le Village gai.

Le Centre Saint-James ne connaît pas les difficultés financières de la Mission Saint-Michael, mais la situation demeure difficile pour les centres de jour, qui ont observé une tendance plus favorable au financement des programmes axé sur le logement, soutient Lisa Zamanyi. « Il y a de la précarité. Chaque mois est un défi », dit-elle.

Voir aussi

40 minutes inside the fentanyl crisis

Source : 40 minutes inside the fentanyl crisis|CBC.ca She used to be a carpenter, now her ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *