Feu vert à trois sites d’injection supervisée à Montréal

Source : http://www.ledevoir.com/societe/sante/491007/feu-vert-pour-trois-sites-d-injection-supervises-a-montreal

Montréal aura trois sites fixes de consommation de drogue supervisée à Montréal, a fait savoir lundi la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, après avoir accordé les exemptions légales requises.

Ces sites, qui seront situés dans Ville-Marie et Hochelaga-Maisonneuve, en plein coeur de la métropole, vont s’ajouter aux deux seuls sites existants au pays, qui se trouvent à Vancouver.

La ministre fédérale de la Santé a confirmé lundi que 10 autres demandes étaient en cours d’étude concernant l’implantation de sites dans des villes canadiennes. Cela inclut aussi celle pour un site mobile à Montréal.

Ces trois nouveaux sites seront gérés par les organismes Cactus, Dopamine et Spectre de rue. Ils devraient être opérationnels fin mars ou début avril, a indiqué Santé Canada sur la base des informations reçues. L’ouverture de leurs portes est toutefois conditionnelle à une inspection préalable du ministère fédéral.

Crise de surdoses

Alors que les autorités de santé publique sont sollicitées pour lutter contre une crise de surdoses qui sévit au Canada, la ministre Philpott est d’avis que le gouvernement fédéral fait sa part.

« La crise des surdoses, ça touche des Canadiens partout au pays », a-t-elle commenté en point de presse devant la porte de la Chambre des communes à Ottawa. « Cela aura un impact important et va définitivement sauver des vies », a-t-elle ajouté au sujet des trois sites.

La demande qui a fait l’objet d’une approbation est celle soumise par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal pour la mise sur pied de trois sites de consommation supervisée fixes à Montréal.

Bon accueil de Québec

Le gouvernement québécois avait appuyé la demande du CIUSSS et lundi, la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, s’est réjouie de l’annonce.

« Surtout pour les populations qui utilisent ces drogues-là. On va pouvoir prévenir les surdoses, les décès associés à ces surdoses, […] une réduction du partage du matériel d’injection, donc la réduction du VIH », a-t-elle exprimé en entrevue téléphonique.

La ministre croit aussi que ces sites contribueront à désengorger les urgences des hôpitaux. C’est d’ailleurs Québec qui va défrayer les coûts de ces services, a-t-elle confirmé. « Il faut le voir comme un investissement en prévention », a-t-elle dit.

Mme Charlebois affirme que le gouvernement québécois est ouvert à d’autres sites dans d’autres villes, s’il y a des besoins, mais précise n’avoir pas reçu d’autres demandes pour le moment.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s’est de son côté dit « très heureux » d’obtenir le feu vert d’Ottawa.

L’obtention d’exemptions en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances était nécessaire pour que les sites fonctionnent en toute légalité.

Celles pour les sites montréalais sont valides pour un an. Elles pourront être révoquées si les critères ne sont pas respectés.

Visites à venir
Dans ces sites supervisés, il est possible de consommer des drogues sous la supervision d’un personnel qualifié pouvant offrir un traitement immédiat en cas de surdose. Ces établissements fournissent de l’équipement stérile, de l’information à propos des drogues et des soins de santé de base ainsi qu’un aiguillage vers des services de traitement. Dans la majorité des cas, ils proposent aussi un accès à d’autres services de soins de santé, est-il précisé dans un communiqué diffusé lundi par Santé Canada.

Mme Philpott a indiqué que le ministère effectuera des visites des sites pour s’assurer que des mesures de sécurité adéquates sont en place et que le personnel est choisi de façon appropriée.

Selon le ministère fédéral, les sites de consommation supervisée ont donné des résultats positifs au Canada ainsi que dans d’autres pays. Ils permettent de réduire la transmission de maladies et les décès par surdose, de même que les infections, les visites aux urgences et les hospitalisations associées à la consommation de drogues injectables.

Améliorer la prévention

Le ministère fait de plus valoir que les sites de consommation supervisée ont donné des résultats positifs au Canada ainsi que dans d’autres pays. La transmission de maladies et les décès par surdose diminuent, de même que les infections, les visites aux urgences et les hospitalisations associées à la consommation de drogues injectables.

Mme Philpott admet toutefois que la création de ces sites ne suffira pas à elle seule à résorber la crise. « Il faut de la prévention », suggère-t-elle aussi.

Les autres demandes d’exemptions à l’étude sont pour trois sites à Toronto, deux à Vancouver, deux à Surrey en Colombie-Britannique, un à Victoria et un à Ottawa.

En décembre, le gouvernement libéral avait annoncé des changements législatifs pour alléger le processus visant à établir des sites de consommation supervisée.

On se souviendra que le dossier avait préalablement été freiné sous le précédent gouvernement fédéral. Les conservateurs de Stephen Harper invoquaient des questions de santé publique et de sécurité des communautés, bien que le service de police et les autorités de la santé publique collaboraient au projet depuis le début.

Voir aussi

L’Ordre des pharmaciens du Québec demande d’étendre l’accès gratuit à la naloxone | ICI.Radio-Canada.ca

Source : L’Ordre des pharmaciens du Québec demande d’étendre l’accès gratuit à la naloxone | ICI.Radio-Canada.ca L’Ordre ...

2 Commentaires

  1. Bonnnn….enfin, lorsque tout est fait de façon propre et sécuritaire, il y a beaucoup moins de chances de faire une over-dose, c’est vraiment correct et judicieux d’avoir des sites d’injections ! Bravo !!!

  2. Bonnnnn…..enfin, j’espère bien que cela évitera les innombrables décès qui ont eu lieu à Montréal et au Canada en fait ! Quand tout est fait de façon sécuritaire, la mortalité en sera diminuée d’autant ! Bravo pour cette bonne nouvelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *