Marijuana : légaliser est un moindre mal, selon le Collège des médecins

Source : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201404/01/01-4753558-marijuana-legaliser-est-un-moindre-mal-selon-le-college-des-medecins.php

Le Collège des médecins du Québec est favorable à la légalisation de la marijuana au lieu d’appliquer la nouvelle réglementation sur le cannabis à des fins médicales.

«Ce serait un moindre mal que la situation actuelle. C’est une des trois options que nous avons proposées au gouvernement fédéral», a indiqué, mardi, au Soleil, le secrétaire du Collège des médecins, le Dr Yves Robert, en marge d’une conférence de presse sur les nouvelles directives aux médecins pour prescrire de la marijuana.

À son avis, la légalisation permettrait d’avoir un contrôle de qualité et de faire de l’éducation sans négliger les possibles entrées fiscales. Il croit qu’une libéralisation du pot n’entraînerait pas nécessairement une hausse de la consommation. En gardant le produit illégal, le DrRobert croit que cela favorise sa diffusion de façon illicite sur un marché noir et la possibilité que des jeunes se voient offrir d’autres drogues plus nocives.

«Il y a une forme d’hypocrisie, de connivence. Actuellement, il y a n’importe quoi qui circule et ça circule. Il ne faut pas se faire d’illusions. Ce n’est pas la loi qui va faire que les gens vont consommer du cannabis ou non. La question est de savoir dans quelles conditions on veut que la consommation se fasse», a-t-il avancé.

Selon le Dr Robert, le débat sur la légalisation ou non du cannabis qui a repris depuis que le Colorado en permet la vente est avant tout politique. «On nous met dans un piège où, d’un côté, le gouvernement ne veut pas le légaliser parce qu’il ne veut pas déplaire à sa base électorale et, de l’autre, il ne veut pas l’étudier comme n’importe quel médicament parce qu’il ne veut pas le légitimer», a-t-il déploré.

Pour l’heure, le Collège des médecins du Québec et ceux des autres provinces canadiennes sont en colère contre le gouvernement Harper. Depuis mardi, la façon d’avoir du cannabis à des fins thérapeutiques est d’avoir une ordonnance médicale. Auparavant, c’est Santé Canada qui autorisait la possession et la consommation de cette drogue illégale à des fins médicales.

«Avec la nouvelle réglementation, le gouvernement fait trois affaires en même temps. Un, il respecte son idéologie. Deux, il envoie l’odieux et la responsabilité sur le dos des docteurs et il s’en lave les mains. Trois, ça permet de faire une économie administrative à Santé Canada. C’est l’idéal du point de vue du gouvernement conservateur», a-t-il soutenu.

Les deux autres options proposées au gouvernement Harper par le Collège des médecins étaient de maintenir le programme précédent ou d’assujettir la prescription de cannabis aux mêmes règles auxquelles doivent se soumettre les compagnies pharmaceutiques pour un nouveau médicament.

Voir aussi

Cannabis: un milliard en recettes fiscales | Le Devoir

Source : Cannabis: un milliard en recettes fiscales | Le Devoir Avis aux citoyens qui attendent ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *