Le Collège des médecins poursuit une forme de prohibition déguisée

Source : http://blocpot.qc.ca

Le Collège des médecins poursuit une forme de prohibition déguisée Cannabis
thérapeutique : Les directives du Collège des médecins sont trop
restrictives et contreviennent aux droits des patients

Le Collège des médecins du Québec (CMQ) a
dévoilé ce matin ses directives en matière d’usage des cannabinoïdes à des
fins médicales. Ces recommandations, qui ont lieu dans un contexte de flou
juridique à l’échelle fédérale et d’inaction politique lamentable à
l’échelle provinciale, nuiront au bien-être des patients puisqu’ils
limiteront les ordonnances de cannabis séché au seul cadre des protocoles de
recherche, qui sont encore très rares au Canada.

Avec ses nouvelles directives
(http://bit.ly/1pEGIvR), le CMQ essaie tant bien que mal de réagir à la
nouvelle situation à l’échelle fédérale. Au Québec, il fait cavalier seul
dans un contexte de campagne électorale assez tendu. Pas moins de cinq
médecins (Philippe Couillard, Gaétan Barrette, Yves Bolduc, Réjean Hébert et
Amir Khadir) sont dans la course, mais aucun n’a émis quelque commentaire ou
formulé quelque politique que ce soit par rapport à cet enjeu, qui est
pourtant de juridiction provinciale.

Le CMQ ouvre la porte à la recherche médicale en matière de cannabinoïdes –
ce qui est un pas dans la bonne direction et un prérequis à l’homologation
des médicaments – mais ferme aussitôt la porte en ordonnant à ses membres de
ne pas prescrire de cannabis séché en dehors des protocoles de recherche.
Cette approche inutilement restrictive va compliquer l’accès légal au
cannabis médical, nuire au bien-être des patients et contrevenir à leurs
droits fondamentaux.

En refusant de reconnaître le cannabis séché comme un traitement valide, le
CMQ ignore des années de consommation sécuritaire effectuée à l’aide de
vaporisateurs ou par voie orale. De plus, la fumée de cannabis ne cause pas
le cancer du poumon, selon la plus importante recherche longitudinale sur ce
sujet effectuée par le docteur Donald Tashkin de l’Université de Californie
à Los Angeles (UCLA).

Malgré le développement positif en matière de recherche, le Bloc Pot
considère que le CMQ poursuit une politique de prohibition déguisée.
Le CMQ privilégie les intérêts des grandes compagnies pharmaceutiques et des
centres de recherche universitaires au détriment de l’accessibilité du
cannabis thérapeutique et des droits fondamentaux des patients.

Nous sommes d’avis que ces lois et règlements sont incompatibles 1) avec la
Charte canadienne des droits et libertés et 2) avec le partage
constitutionnel des compétences entre les provinces et le gouvernement
fédéral. Le gouvernement du Québec doit reprendre en main sa compétence en
matière de santé pour éviter des dérives de ce type.

Contexte général

Le 1er avril 2014 marque l’entrée en vigueur du nouveau Règlement sur la
marihuana à des fins médicales (http://bit.ly/1dKBxsR), qui oblige les
patients à s’approvisionner auprès de l’un des douze producteurs commerciaux
actuellement autorisés par Santé Canada. Pour l’instant, un seul de ces
douze producteurs offre un site web en français, ce qui pourrait compliquer
l’accessibilité au cannabis thérapeutique pour les Québécois francophones
(http://bit.ly/1nO9H2Q).

Santé Canada a ordonné la destruction de tout médicament cultivé à la maison
avant cette date.
Tout patient qui refuse de se plier au nouveau règlement verra ses
informations personnelles partagées avec les autorités policières
(http://bit.ly/1jg7MSV).

Toutefois, les usagers de cannabis thérapeutique disposent d’un répit
temporaire, puisqu’un juge de la Colombie Britannique a émis une injonction
pour permettre aux patients de conserver leur cannabis cultivé à la maison,
en attente du verdict découlant de la contestation de constitutionnalité du
nouveau règlement.

«Ce groupe subirait un tort irréparable en vertu de la (nouvelle
réglementation)», a écrit le juge Michael Manson.

Voir aussi

La France a perdu la guerre contre le trafic de stupéfiants|France-Police.org

Source : La France a perdu la guerre contre le trafic de stupéfiants|France-Police.org La France ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *