Marijuana à des fins thérapeutiques – Arrestations à Montréal et à Québec

Une opération policière dans les centres offrant de la marijuana à des fins thérapeutiques mène à l’arrestation de 35 personnes à Montréal et de 3 individus à Québec, dont Marc-Boris St-Maurice, pionnier de la lutte en faveur de la légalisation de la marijuana.

Les policiers de Montréal et de Québec ont mis un terme à ce qu’ils considèrent être un réseau de revente illégale de stupéfiants dans des centres qui offrent de la marijuana à des fins thérapeutiques.
Quatre de ces centres sont situés à Montréal et un autre est situé à Québec. Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont mené près d’une dizaine de perquisitions.
Ces perquisitions ont mené à l’arrestation de 35 personnes. Une soixantaine de kilogrammes de marijuana, une petite quantité de haschich, environ 10 000 $ et du matériel informatique ont été saisis.
Le SPVM a précisé qu’il s’agissait d’administrateurs et de revendeurs, et non de malades qui obtenaient de la marijuana pour soulager leurs souffrances. Les suspects seront accusés de revente de stupéfiants et de complicité. Ils seront relâchés avec une promesse de comparaître.
Des pratiques douteuses au club de Lachine
Le club Culture 420, situé sur la 15e avenue à Lachine, était particulièrement visé par cette opération policière. C’est à cet endroit que les policiers ont entamé leur enquête, il y a quelques mois.
Cet établissement avait attiré l’attention au début du mois de mai pour des pratiques considérées comme étant douteuses.
Les policiers de la région Ouest du Service de police de la Ville de Montréal ont précisé que des citoyens s’étaient plaints de nombreuses fois de l’achalandage et de l’incivilité qu’entraînait la présence du Centre Culture 420 dans cet arrondissement montréalais. Il semble que des portiers avaient même été embauchés par la direction du Centre.
« Le sentiment de sécurité des citoyens était affecté », a déclaré le SPVM. Les activités du Centre Culture 420 ne seraient pas liées aux gangs de rue ou au crime organisé, selon le commandant du SPVM pour la région Ouest, Antonio Iannantuoni.
Il semble que le centre de Lachine offrait jusqu’à récemment un gramme de marijuana gratuit à un utilisateur qui amenait un nouvel utilisateur.
De la marijuana pas toujours thérapeutique
Les policiers affirment que certaines des personnes qui fréquentaient ces centres n’étaient pas en possession de certificat dûment émis par Santé Canada pour bénéficier de marijuana. Ces personnes se seraient plutôt procuré des autorisations non conformes auprès de commissaires à l’assermentation.
L’occasion de légiférer
Les policiers ont aussi visité trois autres centres montréalais, qui sont situés dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.
Le pionnier de la lutte en faveur de la légalisation de la marijuana Marc-Boris St-Maurice est du nombre des personnes arrêtées. Il estime que le club de Lachine était problématique, tandis que les quatre autres clubs étaient tolérés par les policiers en raison de la crédibilité établie de ces établissements.
M. St-Maurice voit dans ces perquisitions une belle occasion de légiférer en matière de club de compassion. Des permis pourraient ainsi être délivrés aux établissements jugés sérieux, et un encadrement pourrait être mis en place pour ces derniers.
À Québec, le service de police a visité le Centre compassion de la rue St-Jean. Trois personnes y ont été arrêtées.
Par Radio-Canada, www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 3 juin 2010 08:56

Voir aussi

Des organismes veulent être formés à l’usage de la naloxone plus vite

Source : Des organismes veulent être formés à l’usage de la naloxone plus vite | Métro ...

Un commentaire

  1. Un autre exemple de la régression du Canada en matière de drogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *